Pourquoi confier sa vie à un biographe

Vous êtes décidés, vous allez raconter votre vie.

Mais trois obstacles majeurs viennent rapidement se confronter à vous :

  • Vous ne vous sentez pas avoir les compétences de cette écriture longue et passionnée.
  • Vous savez que vous ne pourrez pas forcément être le plus efficace pour parler de vous, seul face à votre page blanche :
  • Vous n’avez pas forcément le temps, au regard de cette aventure quelque peu chronophage

Il est également rapidement évident qu’une tierce personne doit vous guider et vous cadrer malgré tout.

En effet, quand il va s’agir de raconter sa vie, la tendance naturelle à partir sur des sentiers de toutes directions se manifeste, car un souvenir en appelle un autre, puis un autre…

Et vous ne manquerez pas au bout de quelques pages, de vous dire « je n’ai plus grand-chose à dire ». C’est là que votre interlocuteur vous aidera à aller puiser au fond de votre mémoire afin de faire ressurgir des évènements que vous pensiez oubliés, mais que vous auriez amèrement regretté de ne pas avoir évoqués.

Sans compter que ce complice extérieur sera d’une grande utilité quand il faudra lire, et relire votre production. En effet, quand vous êtes seul juge, vous n’avez pas forcément l’objectivité nécessaire pour déceler le manque de clarté, ou l’insuffisance de détails concernant tel ou tel évènement. Lui saura prendre du recul quant à cette histoire, et pourra mesurer plus aisément si le récit mérite plus de précision, ou au contraire s’il convient de supprimer tel passage.

pourquoi raconter sa vie, biographe Caroline DEBY

pourquoi raconter sa vie, biographe Caroline DEBY

Mais alors, pourquoi un biographe, et pas simplement un proche, un parent ou un ami pour faire office de compère d’écriture ?

D’abord parce que justement, il convient de faire appel à quelqu’un d’extérieur à votre histoire afin d’avoir le plus de distance possible dans ce récit de vie pour qu’il serve à toutes les générations à venir, et ainsi permettre à votre livre de remplir son rôle de transmission patrimoniale.

Un proche par définition vous connaît, sa lecture et son écoute seront « biaisées ». Il  ne pourra pas avoir l’objectivité et le recul qu’une personne qui ne vous connait pas possède de fait.

Sa vision se fera au travers du filtre des liens qui vous unissent.

Le biographe n’a pas vécu à vos côtés, n’a pas partagé les moments qui vous ont construit et que vous allez lui raconter.

Et, hormis les liens d’affection et d’intimité que vous allez tisser avec lui au long de cette aventure, il aura cette distance qui lui permettra d’avoir besoin de telle ou telle précision qui apportera limpidité et lisibilité à votre récit.

Et puis bien sûr, il y a son expertise professionnelle.

Ecrire est à la portée de tous. Mais faire d’une vie un livre fidèle et bien construit est chose nettement moins aisée. De par sa formation, ses méthodes et ses clés personnelles, il saura faire de votre vie un récit qui vous ressemble et qui sera à la hauteur de vos attentes.

Mais bien sûr, il vous faudra trouver un professionnel avec qui d’emblée vous vous sentirez en confiance pour vous raconter en toute transparence et livrer votre intimité afin d’aboutir à un résultat qui puisse vous satisfaire pleinement.

Vous devez d’abord rencontrer ce professionnel et discuter avec lui.

Je vous propose de vous rencontrer lors d’un premier entretien, sans aucun coût ni engagement, afin de voir si ma personnalité et mon écoute vous conviennent. Nous parlerons de vos motivations et de vos attentes, et nous établirons, si cela vous convient, un planning de séances qui construiront le livre de votre vie.

Biographe ou nègre? Biographe ou écrivain public?

Un biographe écrit la vie, il entend les mots derrière les silences, il se fond dans la vie d’autrui pour en extraire la substance et la retranscrire fidèlement.

Pour discuter avec de nombreux écrivains publics amis, nous traduisons nos différences en constatant que nos métiers sont cousins, eux prêtent leur plume pour rédiger des documents administratifs, écrire des biographies n’est pas leur cœur de métier ni leur formation, contrairement aux biographes.

Quant aux nègres, ce sont des écrivains de l’ombre, ils écrivent pour le compte d’auteur n’en ayant pas la possibilité, en aucun cas ce ne sont des biographes qui en général voient leur nom apposé sur l’ouvrage en remerciement du travail effectué pour leur client, une véritable relations de confiance et de partenariat qui se noue au fil du travail, de l’aventure commune.

Caroline Deby, biographe. Certifiée expert par le Certificat Voltaire, titulaire de la formation De la voix à la plume, diplômée IFG Paris X.